Reportages & dossiers
  Imprimer cet article

MUSÉE DE LA RÉSISTANCE JOSEPH LHOMENEDE13 mars 2017

    
 LE MUSÉE DE LA RÉSISTANCE JOSEPH LHOMENEDE

 

La Gare – 43230 FRUGIÈRES-LE-PIN

Tél : 04 71 76 42 15

 

 

Date et horaires des visites

Ouvertures : de début juin à fin octobre de 10h à 12h et de 14h à 19h

Ouvert tous les week-ends et jours fériés de l'année

Groupes toute l'année sur réservation

 

 

Situé à 13km de Brioude et à 3 km de Lavaudieu, le musée de la Résistance, de la Déportation et de la deuxième guerre mondiale, Joseph Lhoménède, vous accueille tous les jours de l'année...

Poignant témoignage de cette période noire.

Le Musée Joseph Lhoménède de Frugières-le-Pin présente l'histoire de la résistance en Auvergne.

Le Musée de la Résistance, de la Déportation et de la Seconde Guerre mondiale Joseph Lhoménède de Frugières-le-Pin offre au visiteur et au chercheur la possibilité de découvrir, d'étudier l'histoire de la résistance en Auvergne qui commence dès la fin juin 1940 pour s'achever à la fin mai 1944.

Le musée, initiative privée de Monsieur CAPELANI et d'anciens résistants locaux, expose dans 120 mètres de vitrine des documents d'époque, des tracts, plus de 300 affiches, des photos souvenirs, des matériels de parachutage, de sabotage, plus de cent mannequins présentant les uniformes de toutes les armées des pays belligérants. Les campagnes de collecte ont permis de rassembler quarante-deux véhicules militaires, des wagons concentrationnaires, ainsi que de la documentation sur le camp de Riom.

Ce musée est installé dans la maison natale de Julien-Joseph LHOMENEDE né en 1895, ancien Conseiller Général et Maire de Frugières-le-Pin (43). Il fut le Commandant Jérôme, chef de secteur du réseau "Bleuet", arrêté par le SD (appelé à tort Gestapo) et mort au camp de Concentration et d'extermination de BUCHENWALD, le 24 août 1944.

 

• ÉQUIPEMENTS & SERVICES

• Parking autocar,

• Salle de réunion,

• Restaurant - bar –buvette

• Animaux admis,

• Parking,

• Sanitaires

Une gare et quelques maisons. Ce hameau, situé à quelques kilomètres du bourg de Frugières-le-Pin, appartient au couple CAPELANI. Dehors, des véhicules datant de la Seconde Guerre mondiale sont stationnés à proximité du bar-restaurant appartenant à Maurice et Jacqueline. Le premier est aujourd’hui conservateur du Musée de la Résistance et de la Déportation Joseph Lhoménède, la seconde est justement la fille du résistant qui a donné son nom au bâtiment qui abrite les collections. Maire de Frugières-le-Pin et conseiller général du canton de Paulhaguet, Joseph Lhoménède fut le premier à organiser un réseau de résistants, du Puy-en-Velay à Brioude. Il avait été arrêté par la Gestapo le 10 février 1944 avant d’être déporté à Buchenwald où il trouva la mort six mois plus tard.

Un musée à l’endroit même où a vécu puis fut arrêté Joseph Lhoménède

Depuis la création de l’association qui gère le musée en 1982 et l’ouverture des lieux en 1986, Maurice CAPELANI collectionne et compile tout ce qui a trait à la Seconde Guerre mondiale en hommage à son beau-père disparu : « J’obtiens de nombreux objets par des connaissances qui s’intéressent à cette période », explique le conservateur. Sur 160 m² (120 mètres de vitrine) le musée présente un nombre impressionnant de documents d’époque, d’affiches, de livres, de drapeaux, d’armes, d’uniformes … Et attention, tout est authentique, rien n’a été reproduit dans ce qui est présenté au public : « Ce que le visiteur voit représente moins de 15 % de ma collection ». L’homme est d’ailleurs incapable d’en chiffrer précisément le nombre d’objets : « J’ai plusieurs centaines de milliers de pages de documents, quelque chose comme 600 maquettes et plusieurs dizaines d’uniformes et d’armes, de la mitraillette au fusil en passant par le matériel de sabotage ». Le musée possède aussi des pièces très rares, ou même uniques comme ce drapeau (non exposé) qui était l’étendard principal du camp de Dachau. Maurice CAPELANI arrive à être plus précis dès lors que les chiffres sont beaucoup moins abstraits : « Je sais que je possède 44 véhicules d’époque. La plupart appartenait à l’armée américaine, des Jeeps, des dépanneuses, des Dodge. J’ai aussi un camion Ford de l’armée allemande, une barge du débarquement et … deux wagons qui ont été utilisés pour la Déportation ». Oui, tout ça dans le hameau de « La Gare » à Frugières-le-Pin qui plonge définitivement le public dans la France des années 40. Celle de l’occupant, des collaborateurs et des résistants. Celle où s’affrontaient Wehrmacht et milice contre l’armée des ombres.





                                                                                                        Conception et réalisation © lamayonnaise.com